LETTRE "OUVERTE" REMISE A M LE DEPUTE-MAIRE LE 23-1-09

Publié le par administrateur

 

Le collectif de défense

du collège ALAIN-FOURNIER

de FREYMING-MERLEBACH

 

 

à                      Monsieur le Député-Maire

                        Hôtel de Ville

                                                                        FREYMING-MERLEBACH

 

 

Objet : schéma départemental des collèges 2009/2013

            fermeture du collège ALAIN-FOURNIER de FREYMING-MERLEBACH

 

 

Monsieur le Député-Maire,

 

 

Dans quelques semaines, les Conseillers Généraux vont être amenés à se prononcer sur le schéma départemental des collèges 2009/2013 et plus particulièrement sur la fermeture du collège ALAIN-FOURNIER de FREYMING-MERLEBACH.

 

Ce plan départemental, élaboré en toute discrétion par les services techniques du Conseil Général, a été révélé au public par voie de presse provoquant l’indignation et l’ire de certains conseillers ; celui de notre canton en était.

 

La première disposition prévue sur la commune de FREYMING-MERLEBACH concerne la fusion, dictée par un souci d’économie, des deux établissements actuels. Nous adhérons à cette idée raisonnable en cette période, où, selon les termes mêmes de Monsieur LEROY, les « marges de manœuvres financières se resserrent » et où de nombreux Mosellans se retrouvent confrontés aux conséquences de la crise et de la récession.

 

Alors, pourquoi vouloir sacrifier ALAIN-FOURNIER ? Notre établissement possède pourtant de nombreux atouts, à savoir :

 

- la possibilité d’accueillir 561 élèves (estimation du Conseil Général en juillet 2008) ; de plus, les classes occupées actuellement  par la maternelle vont être libérées à la fin de cette année scolaire, laissant place à un pôle scientifique, dont l’aménagement est prévu pour septembre 2009,

 

- l’état des bâtiments lié aux efforts financiers constants et importants du Conseil Général (chaudière, faux plafonds, réfection de la toiture, isolation, fenêtres, déplacement du portail…). Pour l’année 2008, la somme consacrée à notre établissement s’élève à 23 467,13 € répartis comme suit : salle de technologie : 12 476,92 € ; salle de musique : 4018,92 € ; salle d’arts plastiques : 6971,29 €,

 

- la proximité immédiate d’un gymnase, d’une piste d’athlétisme et de terrains annexes (rénovation en cours) disponibles,

 

- la réalisation effective de la mixité sociale que l’on prône en haut lieu,

 

- la possibilité d’accueil des demi-pensionnaires au LP CUVELETTE, voisin de cent mètres.

 

Pourquoi reconstruire sur le site de CAMUS un établissement dont le coût prévisionnel est estimé à 12 millions d’euros, alors que le seul investissement nécessaire à ALAIN-FOURNIER serait la mise aux normes des accès pour handicapés ?

 

Et que dire des conséquences humaines qu’entraînerait une telle décision ? Nos élèves sont issus, pour 86 % d’entre eux, de familles  défavorisées. Payer les transports, la cantine, serait une lourde charge pour le budget des parents. Et comment pourraient fonctionner les aides après 17h ? Actuellement 48,2 % des élèves du collège Alain-fournier sont inscrits à l’accompagnement éducatif, dispositif voulu par le Président de la République et dont l’objectif premier est de favoriser la réussite des élèves. Près de 83% d’entre eux ont choisi volontairement de pouvoir bénéficier d’une aide et d’un soutien spécifique dans la réalisation de leur travail d’écolier. Ils seront donc les premiers pénalisés par ce choix. Que dire également des possibilités d’être délégué-élève quand personne ne peut venir vous chercher après un conseil de classe ?

 

Pour une personne sensée, la réponse à toutes ces interrogations est évidente. Nous espérons que cette évidence s’imposera à tous lors de ce choix. Dans le cas contraire, il nous semblerait que les plus de 1000 signataires de notre pétition en ligne (dont le sportif Jean GALFIONE, le groupe vocal I MUVRINI, Marc LEVY, de nombreux écrivains, philosophes, chefs d’entreprise, etc …) et autres Mosellans, même non concernés directement, sauront, dans un avenir proche, faire connaître leur désapprobation et leur indignation face à ce qu’ils considèrent déjà comme une gabegie des deniers publics.

 

Monsieur Arthur Albert,  qui a également signé cette pétition,  prône le maintien de deux collèges dans votre ville. Lui qui a enseigné, lui qui connaît bien Freyming-Merlebach et son histoire, lui dont tous s’accordent à dire qu’il est un « sage » nous semble détenir LA solution la meilleure pour garantir la qualité et la sérénité de l’enseignement dispensé aux collégiens de votre agglomération : un collège neuf, de taille moyenne, à Camus et le maintien du Collège Alain-Fournier, les deux établissements pouvant être dirigés par une seule et même équipe de direction.

 

Nous espérons qu’une décision raisonnable et cohérente sera prise visant à l’optimisation des dépenses publiques, dans le respect du contribuable mosellan, de nos élèves et de leurs familles. Persuadés que vous saurez considérer avec la plus grande attention la proposition de l’ancien vice-président du Conseil Général et vous en faire l’avocat auprès de Monsieur Leroy et de Monsieur Lavergne, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Député-Maire, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

Le collectif de défense

du collège ALAIN-FOURNIER

de FREYMING-MERLEBACH

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article