CHRONIQUE D'UNE MORT DECIDEE ...

Publié le par administrateur





Le Président du Conseil Général de la Moselle va faire voter, le 25 juin, la reconstruction d’un collège sur le site de Camus à Merlebach … condamnant ainsi Alain-Fournier à l’horizon 2014-2015 !

 

Un certain nombre de questions nous viennent, bien entendu, à l’esprit :

 

M. Lang aurait-il été «floué » par son « ami » dont il affirmait encore, lundi soir, « qu’il ne pouvait imaginer qu’il lui fasse un bébé dans le dos » ?

 

La construction envisagée est un collège 600 … L’effectif actuel de Fournier est de 233, celui de Camus de 360 et la réalisation du pôle hospitalier en 2014 devrait apporter un nombre conséquent de collégiens sur la ville. Les services de prospective du CG57 n’auraient-ils pas pris en compte ces données ?

 

Ce qui se trame nous paraît évident : une grande partie des élèves de Freyming rejoindront le futur nouveau collège de Hombourg et il y sera créé une « super-zep ».

 

Dans le document de travail de la 3ème commission, cet établissement est d’ailleurs DEJA référencé « ambition-réussite », ce qui n’est sans doute pas fortuit !!!

 

Une chose est sûre : un sacré coup va être porté au quartier de Freyming …

 

La vie est faite de choix, il importe de faire les bons !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Un peu d'éthique dans la politiquedu Conseil GénéralCela aurait été génial!!!La fuite, le refus du débat...traduit une politique de coups bas. A une cité déjà bancale, On applique une solution radicale, visant à accentuer le mal. Pas besoin d'horizons lointainspour être sûrs et certains Que la voix de la démocratieest mise à mal aussi ici.
Répondre
A
Contrairement à ce que certains ont voulu faire croire, tout a été décidé il y a bien longtemps sans demander l'avis des Freymingeois. Heureusement que M. LEROY affirme que tous les représentants ont été consultés !Toute discussion sur le cas Alain-Fournier a été soigneusement évitée par les politiques (il faut bien préserver ses intérêts) et la fusion des établissements se prépare doucement mais sûrement dans les bureaux.Bel exemple pour la démocratie !
Répondre